Flux rss

  • Vous êtes ici :
  • Actualité
Diminuer la taille de la policeAugmenter la taille de la policeInverser le contrasteRétablir les styles par défautPour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Actualité

Le doc du mois d'avril

le 01/04/2014

Le doc du mois d'avril

1783, un été dans la brume

Avril 2010, l'éruption d'un volcan islandais au nom difficilement prononçable, l'Eyjafjöll, bloque un moment tout transport aérien dans le nord de l'Europe. Plus de deux siècles avant celle-ci, une autre éruption volcanique islandaise projete un nuage de soufre aux conséquences bien plus catastrophiques...

Le matin du 8 juin 1783, le volcan Laki entre en éruption : 25 km de fractures terrestres et 130 cratères déversent de la lave sur la terre d'Islande provocant un nuage visible sur toute l'Europe. Dès le 12 juin, il est signalé à Nancy puis dans tout le royaume et ce, jusqu'à sa disparition à la fin du mois d'août 1783.

Dans notre département, ce brouillard sec, comme on l'appelle alors, est signalé par les Affiches du Poitou qui, manquant de témoignages locaux, relatent les observations et expériences faites à Grenoble par M. Nicolas, Médecin du Roi pour le traitement des Epidémies.

Mais, c'est surtout certains prêtres qui signalent ce phénomène dans les registres paroissiaux.

« Le seize juin mil sept cent quatre vingt trois

a paru une fumée fumée en

manière de bru brouillard qui empechoit les rayons

du soleil de parvenir jusqu'à nous le matin jusqu'à six

et sept heures et le soir une heure avant soleil couché

et le soleil paraissoit pour lors extrêmement rouge ce qui

a duré jusqu'au sept juillet evenement si extraordinaire

que les plus anciens qui existent actuellement ne se rappellent

point dans la mémoire avoir vû jamais chose pareille

la susditte fumée paraissoit un peu tout le jour et la nuit

pendant trois semaines environ »

C'est dans cet environnement apocalyptique qu'un médecin poitevin, M. de La Mazière, signale à ses collègues de la Société royale de médecine des « fièvres putrides malignes dont les symptômes étoient un pouls élevé, la langue sèche, aride, couvert d'un sédiment jaune brun », signes évidents d'une inhalation de souffre...

M. Ayrault, correspondant de la même Société à « Mirebau » note 16 jours de brouillard pour le mois de juin 1783 et les mêmes symptômes que son distingué confrère.

Et les effets de ce brouillard ne s'arrêtent pas là. Ses conséquences dans les mois qui suivent seront catastrophiques : vague de froid, humidité, neige et glace, inondations sont les conditions climatiques de cet hiver 1783/1784. Ceci entraînera une surmortalité importante dans notre département.

C'est ainsi que certaines personnes ont parlé de 1783 comme d'une «annus mirabilis» et que la fin du monde avait été annoncée par endroit...

 

 

Pour aller plus loin

Poitiers fait partie d'une étude menée sur 14 villes du royaume qui permet de mettre en évidence la relation entre ce brouillard et l'augmentation de la mortalité de la fin de l'été 1783 (+60 % pour Poitiers). On comptabilisera plus de 160 000 morts excédentaires pour toute l'Europe sur la période de l'éruption.

 

Sources

MOURGUE DE MONTREDON, « Recherches sur l'origine et sur la nature des Vapeurs qui ont régné dans l'Atmosphère pendant l'été de 1783 »

© Bibliothèque de l'Académie Nationale de Médecine - http://meteo.academie-medecine.fr/

Voir toutes les actualités


  Contact     Plan du site     Mentions légales     Questions fréquentes     Glossaire