Flux rss

  • Vous êtes ici :
  • Actualité
Diminuer la taille de la policeAugmenter la taille de la policeInverser le contrasteRétablir les styles par défautPour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Actualité

Le doc du mois de juin

le 01/06/2013

Un passe-temps mortel : le jeu de l’arquebuse

Les registres paroissiaux sont la base des recherches généalogiques mais certains d'entre eux peuvent également renfermer des informations plus générales si le curé y inscrit les moments forts de la vie de sa paroisse : phénomènes climatiques ou naturels, maladies, état des récoltes...

C'est justement grâce à un acte du registre de la paroisse de Notre Dame de Mirebeau que nous apprenons que, lors d'une partie du jeu de l'arquebuse en juin 1611, messire Jehan (ou Joachim) Le Conte, curé de Saint Hilaire fut touché au gosier par une balle et qu'il en mourut « incontinent ».

Ce jeu est très répandu aux XVIe et XVIIe siècles et il évolue avec la « technologie » guerrière de l'époque.

C'est tout d'abord un jeu d'adresse à l'arc, puis à l'arbalète et enfin à l'arquebuse. Il consiste à toucher un oiseau en bois ressemblant à un perroquet (ce qui lui donne son autre nom de jeu du papegai) accroché en haut d'un piquet ou posté sur une tour.

Le premier concurrent qui touche la cible est élu « Roy » pour l'année. Il reçoit comme prix une timbale en métal gravée à son nom et est exempté d'impôts pour l'année.

Si un concurrent remporte trois fois de suite le titre de « Roy », il devient « Empereur » et conserve ses prérogatives à vie.

Ce jeu permet également aux seigneurs de repérer les meilleurs arquebusiers afin de les intégrer à leur service.

 

En 1621, le roi Louis XIII et son administration commencent à voir ce jeu d'un mauvais œil et décident de l'interdire dans le Poitou. Ils considèrent en effet que les confréries d'arquebusiers sont des repères de calvinistes et, qu'au moment où il se bat contre les premières révoltes huguenotes, le roi se doit d'y mettre fin !

 

Transcription du registre paroissial Mirebeau, Notre dame 1609-1616, vue 127

En ladite année mil six cens onze

le jeudy neufiesme jour de Juin octave

de feste Dieu sur les deux heures apres

mydi lon tiroit le jeu de pie de larquebuz

davant la porte du chasteau de ceste ville

de Myrebeau et la fut blessé au gozier

d'un coup de bale messyre Jehan (Joachim) Le Conte

prebtre vivant curé de Saint

Hilaire ceste dite ville de Myrebeau et lun des

chappellains de ceste dite église duquel coup

ledit Le Conte trepassa incontinant et fut

enterré dans l'église Saint Hilaire devant

le grand autel le vendredy du suyvant

diziesme dudit mois et an.

 

 

Source complémentaire : Jeux et divertissements populaires en Poitou, Léo Desaivre

Voir toutes les actualités


  Contact     Plan du site     Glossaire     Questions fréquentes